PwC utilise des cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. En continuant, vous acceptez notre utilisation des cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici.
X
Opération Phénix CPU  
Actualités  
 
Please wait...
 
 
 
 
Opération Phénix

Témoignages

Depuis le lancement de l'opération Phénix, près de 150 étudiants ont été recrutés.
Découvrez Phénix à travers leurs témoignages.



Promotion Phénix 2011
Découvrez les photos des promotions de

« Les recruteurs sont attentifs à nos diverses expériences professionnelles »
Emilie Le Lann
Aujourd’hui : Conseiller clientèle chez HSCB France
Hier : Master 2 Histoire Moderne

« Diplômée d’un Master d’Histoire, je souhaitais travailler dans le domaine de la culture. Malheureusement, je me suis vite retrouvée face à un mur, faute de débouchés.   
J’ai entendu parler de l’Opération Phénix par deux de mes amis qui y ont participé et ont été recrutés chacun dans une banque. Ils m’ont vanté les mérites de l’opération, ce qui m’a donné envie de tenter l’expérience à mon tour. J’ai postulé une première fois sans succès. Très motivée, j’ai renouvelé l’exercice l’année dernière. J’ai choisi le groupe HSBC car je souhaitais intégrer une banque. Lors de l’entretien d’embauche, les recruteurs étaient plutôt attentifs à mes différents jobs, étudiants ou non. Mes expériences de longue durée en tant qu’hôtesse d’accueil au Musée Grévin ou comme vendeuse chez Mc Donald  ainsi que ma motivation les ont convaincus que je pourrais avoir un bon relationnel avec mes futurs clients, ce qui est très important dans le métier de conseiller clientèle. Ce qui m’a séduite dans le groupe HSBC c’est notamment son profil international. Ayant étudié dans un lycée international, je suis bilingue en anglais. Ce poste est vraiment en adéquation avec ce que je recherchais dans le monde professionnel. Je n’ai aucun regret bien au contraire. Phénix offre en plus d’un poste en CDI au niveau cadre, une formation diplômante, ce qui constitue un atout supplémentaire à inscrire dans notre CV. Même si nous avons tous des compétences dans nos domaines respectifs, cette formation nous permet de combler des manques et nous donne une bonne vision des Métiers de l’entreprise. »

« Les entreprises voient leurs intérêts à recruter des profils littéraires »
Claire Giuliani
Aujourd’hui : Chef de marché chez Danone
Hier : Master recherche Lettres Modernes

« Indécise sur mon choix de faire une thèse, j’ai commencé à m’intéresser à l’opération Phénix. Après m’être renseignée au bureau d'aide à l'insertion professionnelle, lors des présentations à l’université, j’ai fait beaucoup de recherches sur internet car j’appréhendais la fausse promesse. Pourquoi des entreprises qui croulent sous les CV recherchaient des universitaires sans expérience de terrain ? Après avoir passé une série de tests, d’entretiens et de journées de formation, je me suis rendue compte que les entreprises ne nous faisaient pas la charité. Bien au contraire, elles trouvent leurs intérêts avec des profils comme les nôtres. Mes collègues apprécient mon œil neuf. Je fais preuve d’un esprit critique, je ne suis pas formatée. Comme à l’université, on me demande en entreprise de justifier mes propos. Je fais donc de la recherche comme à l’université mais pas dans le même domaine. Surtout, le jour du forum ou des entretiens, ne vous excusez pas d’être là. Assumez vos choix passés et utilisez-les à bon escient. L’opération Phénix est une course d’endurance mais elle vaut le coup. »

« Ma formation en lettres m’aide au quotidien »
Eléonore Malnou
Aujourd’hui : Attachée commerciale chez Coca-Cola
Hier : Master recherche Lettres Modernes

« C’est une amie de Paris IV qui m’a parlé de Phénix. J’ai trouvé le concept intéressant et c’est alors que je me suis renseignée. J’ai participé au forum mais aussi à tous les ateliers de préparation organisés par le BAIP de Paris IV : rédaction de CV, présentation des entreprises partenaires, simulation d’entretien etc.. Je conseille d’ailleurs à tous les étudiants qui veulent tenter l’aventure de ne pas rater ces étapes. Avant de postuler, j’ai pris le temps de réfléchir à mes choix. J’ai opté pour des métiers qui me plaisaient davantage comme le marketing ou le commercial. Je suis aujourd’hui attachée commerciale chez Coca -Cola et je peux vous assurer que ma formation en lettres m’aide au quotidien. On me demande d’être claire, synthétique soit tout ce qu’on m’a demandé tout au long de ma formation. A moi de faire mes preuves désormais car je sais que j’ai de belles opportunités d’évolution chez Coca-Cola ! »

« Ce que j’ai appris à l’université me sert aujourd’hui en entreprise »
Ninon Decorne
Aujourd’hui : Chargée de veille réglementaire/Gestionnaire de documentation technique chez Eiffage
Hier : Master recherche Philosophie politique et éthique

« Je n’ai pas toujours été attirée par le monde de l’entreprise mais je ne me voyais pas forcément enseignante. L’UFR de philosophie de Paris IV nous pousse dès la L3 à réfléchir à notre projet professionnel. C’est alors que j’ai commencé à m’intéresser à l’opération Phénix. Je me suis rendue compte que tout ce que j’avais appris à l’université pouvait me servir en entreprise. Je travaille aujourd’hui pour Eiffage et on me demande d’être autonome, pro-active pour répondre à des projets. Autrement dit, ce que j’ai toujours fait durant cinq ans à l’université. La formation, cette année, est diplômante, ce qui est un vrai atout pour notre CV. Je conseille aux étudiants encore indécis de participer à tous les ateliers, présentations-métiers, etc. Au final, ils ne participeront peut-être pas à l’opération Phénix mais c’est un excellent moyen de confirmer son choix professionnel ! »

« Phénix, une chance en or »
Marie Fouqué
Aujourd’hui : Auditrice chez PwC
Hier : Master 2 Recherche Lettres classiques

« Je n’ai jamais eu d’idée fixe quant à mon projet professionnel. Après une prépa hypokhâgne et khâgne, je me suis orientée vers les Lettres classiques avec l’objectif de passer l’agrégation.
Mais en Master 1, je me suis rendue compte que cette voie ne me correspondait pas. Je suis une personne dynamique, curieuse, j’aime travailler en équipe. Or, la recherche est un univers un peu isolé et une activité plutôt solitaire.
J’avais déjà envisagé le monde de l’entreprise au sortir du bac. Aussi, quand j’ai entendu parler de l’Opération Phénix, c’était pour moi une chance en or d’intégrer ce milieu et de tenter une nouvelle expérience.
Dès le mois de novembre de mon Master 2, je me suis renseignée auprès du bureau d’insertion professionnelle de Paris IV. Cela m’a aidé à revenir sur mon parcours et mes diverses expériences, à réfléchir à mon avenir professionnel et aux atouts que je pouvais mettre en avant, et à reprendre confiance en moi. Je me suis longuement informée sur les entreprises et les types de poste. PwC est l’entreprise où je me reconnaissais le plus.
Je conseille aux étudiants qui souhaitent postuler à Phénix de prendre confiance en eux et surtout de conserver leur identité et leur fraîcheur. C’est ce qui fera la différence. »

« L’Opération Phénix, c’est une belle opportunité pour les littéraires ! »
Nadège Seigneuret
Aujourd’hui : Attachée commerciale chez l'Oréal
Hier : Master 2 recherche Histoire Economique

« Il y a deux ans, j’ai vu par hasard une émission télévisée où était intervenue Valérie Pecresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur. Elle a évoqué l’Opération Phénix et le concept m’a vraiment donné envie d’en savoir plus. J’ai fait des études passionnantes à la Sorbonne mais je n’avais pas forcément envie de continuer la recherche après mon master 2. J’avais un job étudiant dans lequel je m’épanouissais car je gravissais d’année en année des échelons jusqu’à devenir animatrice d’un groupe de vendeuses à domicile. J’ai pu former des nouvelles recrues, gérer des stocks, mesurer ma marge et me donner de nouveaux objectifs. Mais il me manquait quelque chose : la vie en entreprise. J’avais envie d’avoir des collègues, de participer à de plus grands chantiers. Phénix a été une belle opportunité pour moi. Avec l’Oréal, je passe à un niveau supérieur, je pars à la rencontre des distributeurs et je complète mes connaissances. En plus, avec ce master 2 « métiers de l’entreprise » j’arrive en entreprise avec un meilleur bagage et je confirme que les littéraires ont leur place en entreprise ! »

« Phénix c’est exactement ce que je recherchais »
Anaëlle Correc
Aujourd’hui : Auditrice interne chez Renault
Hier : Master 2 histoire culturelle des savoirs et des mentalités

« Même si j’étais tentée de poursuivre dans le monde de la recherche, je ne voulais pas devenir enseignant chercheur. C’est une vie très solitaire où la dimension relationnelle est peu présente. C’est en M1 que j’ai pris connaissance de Phénix par hasard. C’est exactement ce que je  recherchais : un programme professionnel qui s’intéresse à des profils universitaires.
J’étais ravie d’appendre que Paris Ouest Nanterre La Défense rejoignait Phénix en 2010. Quelle chance pour moi ! Le poste d’auditeur interne, proposé par Renault, est en adéquation avec ce que je cherchais dans le monde professionnel : un métier d’analyse qui demande beaucoup de sens critique ainsi qu’un fort esprit d’équipe, et qui permet de réaliser des missions très diversifiées en France et à l’international. Phénix est une très belle opportunité à saisir, à condition que cela réponde à un projet professionnel et personnel déjà assez abouti. Il faut vraiment avoir choisi d’intégrer le monde de l’entreprise, et avoir fait son chemin en amont. Car le monde professionnel est concret, loin de l’idéalisme que peut véhiculer le monde universitaire. Il faut le savoir et l’accepter. »


hsbc L'Oréal Coca-Cola Entreprise Ipsos Axa Vinci Sisley Bred PwC